lundi 18 décembre 2017

«  découverte »

Vendredi 8 décembre, nous avons reçu la visite de Pascal Arbeille venu nous raconter son histoire, et surtout nous exposer son expérience du monde de la scène.

Le nom de Jacques Fabbri fut le nom qui fit vibrer nos cœurs d'artistes. C'est grâce à cet homme que Pascal Arbeille nous expliquait avoir eu une étincelle qui créera alors la flamme de sa vie. Dans sa jeunesse alors, il refondait le club théâtre de son lycée en ayant déjà pratiqué la scène en classes de collège (4ème et 3ème). C'est en terminale qu'il nous explique avoir compris qu'il voulait « épouser le métier », un métier qui lui tient alors à cœur et qu'il a comme but : la scène. Il découvre, dans sa passion et sa progression, la « poétique du corps de l'acteur », le « frémissement du vivant » et « comprendre encore plus profondément ». C'est alors que ce terme de "spectacle vivant" prend tous son sens à mes yeux. Des mots bousculant votre être, qui vous font comprendre le sens de la vie d'un acteur.
Dans les années 80, il s'entend penser, « mâcher des mots », Pascal Arbeille veut étendre ses horizons et parle de prendre des libertés vocales, donc : le chant.
Dans les années 90, son souhait devient alors de transmettre son savoir, avancer sur le chemin de sa vie artistique, prendre du recul avec le plateau et mettre en scène !
Dans les années 2000, Pascal Arbeille travaille à Paris tout en vivant sur l'île de Noirmoutier. Les trajets commencent à peser et une envie de cohésion avec la nature devient indispensable à notre acteur et metteur en scène. Son rêve devient alors une réalité en 2011, où il peut fonder son association, L'instant avant l'aube, grâce à la commune de la Guérinière à Noirmoutier.
Une vie pleine d’expériences et de savoir pour Pascal Arbeille originaire de la Rochelle et pourtant maintenant un si grand acteur !

Un article de Donia Troussereau - Mission "communication interne - suivi du blog" CAA1

1 commentaire:

Pascal Arbeille a dit…

Merci pour cet article ! Une retranscription fidèle et touchante de ces "quelques années" de parcours... La suite lors de notre prochaine rencontre en février !
Artistiquement vôtre, Pascal Arbeille